Les moyens pour favoriser la participation des citoyens aux élections

Première solution : supprimer les bugs du site du service public !

Rien de plus frustrant et surtout démotivant de tomber sur une page « erreur technique inattendue » en essayant de se connecter sur le site de service en ligne électorale. Devant son caractère endémique les bénévoles de Tous Inscrits sont devenus experts en suppression des cookies, rafraichissement de pages et retour arrière. Mais le citoyen lambda, qui n’a pas ce retour d’expérience, lui peut se décourager. Alors s’il vous plait mesdames messieurs de l’administration et du gouvernement veuillez mettre les moyens pour fiabiliser ce service en ligne essentiel pour la démocratie

Deuxième solution : le changement automatique du bureau de vote en cas de déménagement

Imaginons que tu déménages et que tu le signales à une administration (CAF, Sécurité sociale, Impôt) ou que tu demandes un suivi de courrier à la Poste. Et là on t’écrit pour te proposer de changer automatiquement ton bureau de vote pour l’installer au plus près de chez toi. Tu pourrais accepter parce que franchement c’est vachement pratique ou refuser parce que t’adores ton ancien bureau de vote car c’est une bonne excuse pour venir dej chez maman un dimanche et de ramener ton linge.   Dans les deux cas franchement ce n’est pas de la balle ? Nous on trouve que si. Et les solutions techniques existent, il ne manque que la volonté politique !

 

Troisième solution : La procuration 100% en ligne

Franchement quelle est cette idée de pouvoir faire en ligne une demande de procuration mais d’avoir l’obligation de se rendre dans un commissariat, une gendarmerie ou un tribunal d’instance pour pouvoir la valider ? Pourquoi peut-on a contrario tout faire en ligne pour l’inscription sur les listes électorales ? Pourquoi une Mairie peut vérifier une identité en ligne et pas un commissariat ? Arrêtons cette absurdité et allons au bout du processus en facilitant au maximum la possibilité d’utiliser la procuration pour faciliter le vote.

Quatrième solution : le vote à distance

Ce serait belle avancée de pouvoir voter de manière sécurisée à distance que cela soit par courrier ou par internet. Les Français de l’étranger ont d’ores et déjà cette possibilité lors des élections législatives (courrier et internet). En Allemagne 20% des votes se font par voie postale, idem en Espagne. En Estonie 43% des votes aux élections législatives de 2019 se sont fait par internet. On comprend les difficultés majeures de sécurisation et de fiabilité des votes (cyber attaque etc…). Mais rien ne semble insurmontable avec une mise en place d’une véritable identité numérique et d’une architecture de serveurs spécifiques et décentralisés. Mais attention ces possibilités de vote à distance doivent être toujours complémentaire du vote physique pour ne pas que la fracture numérique soit un obstacle à l’exercice démocratique pour tous les citoyens.  Pour en savoir plus su le vote à distance vous pouvez consulter ce rapport d’information du Sénat français.

Suffragette arretée par la police à Manchester

Emily Wilding Davison, une suffragette déterminée


 Emily Wilding Davison est née en 1872 à Blackheath, à la lisière de Londres. Issue d’une famille de classe moyenne, elle doit travailler durant ses études à l’université de Londres. Son père meurt prématurément, et sa mère n’a pas les moyens de financer les études de sa fille.
Elle finance donc ses études en devant gouvernante, et obtient un diplôme de lettres de l’université d’Oxford.
Elle meurt le 8 juin 1913 durant une action à l’hippodrome d’Epsom, où le roi George V assistait à une course de chevaux.

Elle intègre en 1906 le Women’s Social and Political Union (WSPU), formé en 1903 par Emmeline Pankhurst. En 1908, elle décide de se consacrer à plein temps au mouvement. Elle est reconnue par ses paires comme étant l’une des militantes les plus acharnées pour les droits civiques des femmes.
Elle n’hésite pas à transgresser la loi lors d’actions coup de poing du WSPU de 1908 à 1912, étant à de nombreuses reprises arrêtées et jugées : elle avait pour but de visibiliser le mouvement par tous les moyens.
Blessée une première fois durant un incendie de boîte aux lettres en 1912, elle planifie une action d’envergure durant un derby équestre en 1913.

À l’hippodrome d’Epsom, le roi d’Angleterre George V assiste le 8 juin 1913 à une course de chevaux, dont l’un lui appartenant. Emily Davison veut accrocher sur le cheval en pleine course une banderole de la WSPU. Cette action, qui aurait montré au roi l’existence du mouvement, connaît cependant une fin tragique : Emily Davison est renversée par le cheval du roi, alors qu’elle venait de passer la barrière de sécurité. Transportée à l’hôpital, elle succombe à ses blessures.

Figure martyre pour les suffragettes, ses funérailles sont suivies par deux mille d’entre elles, venues rendre hommage à leur camarade militante pour les droits civiques féminins.

Ses opérations coup de poing


Fille de classe moyenne, Emily Davison a milité à partir de 1906 pour les droits civiques des femmes au Royaume-Uni. Le droit de vote figure parmi les plus importants d’entre eux. Suffragette convaincue, Emily Davison mène pendant plusieurs années des actions coup de poing pour faire reconnaître la légitimité politique des femmes. En 1913, alors qu’elle cherche à faire remarquer le mouvement par le roi de l’époque, George V, elle est renversée par le cheval du souverain, et meurt de ses blessures. Elle devient alors une figure martyre du mouvement des suffragettes, qui aboutira en 1928 à l’égalité de droit de vote entre hommes et femmes (le vote avait été ouvert aux femmes de plus de 30 ans en 1918, alors que les hommes pouvaient voter dès 21 ans).

Ce qu’il faut retenir

Engagement

Détermination

N’est-elle pas un exemple de dévouement à une cause juste ?


Genre : Femme

DDN : 11 octobre 1872

Nationalité : Britanique

DDD : 8 juin 1913


Distinctions

Devenue une icône du mouvement des suffragettes, elle est encore aujourd’hui l’objet de livres et de  documentaires.

En 1999, un député travailliste installe clandestinement une plaque commémorative au sein de la Chambre des Communes.

L’audace

La nuit du recensement de 1911, elle se cache dans un placard à balais de la chambre des Communes. Ce geste, bien que de prime abord illégal, lui permet d’inscrire sur les registres du recensement que son adresse était la chambre des Communes. Elle revendique de cette manière les mêmes droits politiques que les hommes.

Citation

“Dans mon esprit, vint l’idée qu’un geste de protestation désespéré devait être entrepris afin de mettre un terme à l’horrible torture que l’on nous infligeait.”

(Emily , explique ainsi un feu de boîte aux lettres qu’elle avait déclenché, une action coup de poing afin de visibiliser le mouvement des suffragettes, 1912)


Portrait écrit par Kylian Chouchaoui

Mots- clés :

#féminisme #féministe #suffragette #emilydavison

#Journeedesfemmes #8mars #8mars2022

Articles similaires

Simone Weil

Clarisse Agbegnenou

roselyne@touselus.fr

roselyne@touselus.fr

Vous avez aimé cet article ?

Partagez-le sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp