Blog

« Je veux ré-enchanter le rural », Aglaé Machelart, apprentie-élue à Pradelles
Élu-e de mon cœur

« Je veux ré-enchanter le rural », Aglaé Machelart, apprentie-élue à Pradelles

J’ai rencontré la semaine dernière, Aglaé Machelart, qui habite à Pradelles, une commune à la limite de l’Ardèche, de la Lozère et de la Haute-Loire, proche de Puy en Velay, Mende et Aubenas.
Sur les 600 habitants de la commune, à peine la moitié vit sur place à l’année. Beaucoup sont plein d’espoir mais peu sont capables de s’investir comme avant de par leur âge avancé.
Aglaé, en plus de son engagement pour son village, souhaite créer un éco-hameau : « lieu ressource » pour expérimenter, créer et se former.
Dans les projets, il y a des gîtes, un centre d’accueil pour des formations, des stages, de l’événementiel, le festival, une forêt comestible, un conservatoire de semences et de biodiversité. Une mission de vie! 

L’élu de mon cœur, c’est une série d’interviews d’élu·es et de bénéficiaires de Tous Élus pour plonger au cœur des engagements politiques locaux.

Quel a été ton déclic pour lancer le mouvement ?

Je suis amoureuse de ce village depuis l’enfance, c’est mes racines, mon rapport au patrimoine, à l’histoire, à la nature et à notre gastronomie. Je vois ce village se vider et les services disparaitre les uns après les autres. Je veux participer à sa reconstruction, ré-enchanter le rural en général. Je porte la conviction que les citadins aspirent à revenir à la campagne alors je veux nous préparer à les accueillir.
Je veux un rural ouvert, vivant et agréable. Pour moi ça demande de s’ouvrir à de nouvelles idées, de nouveaux réflexes et surtout se reconnecter à nos rêves.

Mon Leitmotiv c’est cette phrase de Buddha : « Ce que tu penses, tu le deviens; Ce que tu ressens, tu l’attires; Ce que tu imagines, tu le crées ».

Le premier levier que j’ai choisi c’est la culture : j’ai créée le FESTIVAL DU MAZONRIC pour faire bouger les lignes, prouver qu’on peut faire venir du monde chez nous, dynamiser le bassin de vie, sensibiliser à la préservation de l’environnement et aux solutions locales.

Le deuxième levier c’est la politique locale : je voulais créer un collectif citoyen pour réfléchir ensemble aux actions à mener pour embellir et faire vivre le village. Et il s’est créée spontanément suite à une menace : celle de perdre le label « Plus beau village de France » d’ici 2020 si rien en change. La menace a rassemblé tout le monde, car personne ne veut perdre le label. Cela a permis de dépasser les clivages politiques et de s’unir pour un objectif commun. Après avoir fait une ballade de reconnaissance, la 1ère étape a eu lieu le 27 Avril pour préparer les talus à accueillir les fleurs qu’on plantera le 04 Mai. L’objectif c’est que le collectif s’inscrive au-delà du label et dans le temps : qu’il survive à l’épreuve des municipales et qu’il reste un mouvement par et pour les Pradellains. 

Raconte-nous ton meilleur souvenir dans ta commune

On vient de gagner la coupe du monde 98, on a passé l’été à faire des fleurs en papier crépon pour décorer notre char qui représente le maillot de Zizou. Pendant le défilé du 15 Août à Pradelles, mes cousins, mon frère et moi sommes fiers, libres et heureux en train de jongler derrière notre booôoo char dans tous le village! 

Peux-tu nous décrire un de tes proches que tu aimerais avoir en maire et nous expliquer pourquoi ?

Alain mon voisin, on a la même vision. Il comprend les enjeux de ce moment de l’histoire, c’est un enfant du pays : il connait les mœurs, les locaux, puisqu’il a été artisan puis paysan. Il est aussi investi sur le territoire en tant que vice-président à la communauté de commune. Pour moi il représente le lien entre la ville et la campagne, les anciens et la jeunesse. Et surtout il se bat pour le bien commun et pour que Pradelles reste en vie.

Si la politique était un film, quel serait-il et pourquoi ?

A chaud, comme ça,  » V pour Vendetta », le souvenir de cette foule d’anonyme qui se rassemble après la chute d’un symbole m’a profondément touché. Comme l’élan de générosité qui a suivi l’incendie de Nôtre-Dame de Paris. J’espère que le séisme qui à frappé le cœur des Français fera le même effet que la perte du label à l’échelle de Pradelles, et provoquera des rassemblements pour refaire société! L’idée c’est de construire ensemble dès maintenant le système d’après. De ne pas construire contre mais bien avec le système en place. Jean Cocteau disait : « Il faut faire aujourd’hui ce que le monde fera demain ».

Quel est le conseil que tu donnerais à ton maire actuel ?

Travailler à la vision commune avec les habitants, fonctionner en collectif, remettre les citoyens au centre de la vie politique, prendre en compte les idées, les rêves, les ressources et soutenir, communiquer et co-créer avec les habitants et avec la communauté de commune.

Soyons fous, tu viens de gagner l’élection, quelle serait ta première action en tant qu’élue ?

Je suis dans la communication (graphisme et photographie), dans l’évènementiel et je suis douée pour mettre en lumière ce que j’aime. Je me forme en tant que facilitatrice avec des nouveaux outils d’intelligence collective et de gouvernance pour accompagner la création d’un nouveau modèle qui fera revivre le village. Je pense que la communication, l’écoute et le travail du collectif peuvent vraiment faire des miracles.
J’aimerais être élue et jouer le rôle de pont entre la mairie et les habitants, être bien sûre qu’ils puissent tous s’exprimer, qu’ils soient tous entendus et qu’ils se sentent acteurs et prennent conscience de la puissance de la cohésion d’un groupe avec une vision commune ! En ce sens, la démocratie participative me semble indispensable. J’organise une conférence animée par Nicolas Briet le 18 Mai à Pradelles « Comment ré-enchanter son village ». Et un séminaire d’intelligence collective autour du rêve le 6 et 7 Juillet avec le maximum de pradellains et l’intention de créer cette vision commune.

Comment te définis-tu en ce moment ?

Je suis motivée, pour apprendre, découvrir, expérimenter et transmettre. Je me sens à un carrefour de ma vie, avec beaucoup de possibles à l’horizon! 

À partir de ce moment le désespoir cesse et la tactique commence ».
Banksy

La transition, c’est maintenant, et c’est nous.

Aglaé MACHELART

Habitante de la commune de Pradelles


Clovis, pour Tous Elus

2 thoughts on “« Je veux ré-enchanter le rural », Aglaé Machelart, apprentie-élue à Pradelles

  1. Castagnet Sophie

    Merci Aglaé ! Tout est dit ! Puisse le plus grand nombre partager cette vision pour notre village et au-delà !

  2. Godard

    Bravo tant d énergie pour un si noble combat !!!!
    Il faut croire en ses rêves !!
    Bel engagement

    Bravo!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.